Frais sur les bouées d'amarrage et passage du pont

21/05/2022

Amélioration des infrastructures, pont de Sandy Ground et nouvelles bouées d'amarrage : de nouveaux frais pour les plaisanciers à l'horizon.


Frais sur les bouées d

Le projet des bouées d'amarrage


Le directeur général de l'autorité portuaire, Albéric Ellis, indique qu'une commission a commencé à analyser les offres soumises par des entreprises pour l'installation de quatre-vingts bouées d'amarrage dans la baie de Marigot.

Des bouées d'amarrage seront aussi bientôt installées dans les baies de Grand Case et Cul-de-Sac à l'avenir.

Les droits de mouillage sont actuellement concentrés dans la baie de Marigot, et ne sont pas payants sur l'ensemble du territoire français. Les bouées d'amarrage auront bientôt une redevance, générant des revenus pour le port et la Collectivité qui serviront à renforcer la protection de l'environnement et à assurer une meilleure organisation dans la baie.

Elles changeront aussi quelque peu la perception selon laquelle les redevances du côté français dans le secteur maritime sont généralement moins élevées que celles du côté néerlandais. "Les redevances mises en place à Marigot ne sont pas délibérément inférieures à celles de la partie hollandaise pour obtenir un avantage concurrentiel", a souligné M. Ellis. "Nous avons des frais basés sur le coût et une certaine structure qui doit être respectée. Certains frais sur certains navires, en fonction de leur taille, sont moins chers du côté français et plus élevés du côté hollandais. Mais ce n'est pas fait pour attirer plus de navires du côté français."

Le projet de bouées d'amarrage pour Marigot, dont le budget est d'environ 800 000 à 900 000 euros, est financé à 70 % par des fonds européens. Il est envisagé d'installer ces bouées dans la baie avant décembre. "Une réflexion est en cours pour savoir comment nous devrions étendre les droits de mouillage à d'autres zones", a déclaré Ellis. "Nous savons que la destination est un marché important pour la plaisance et que des entreprises ou des personnes en profitent. Les gouvernements, qu'ils soient français ou hollandais, ne reçoivent pas la part qui leur revient. En profitant de notre destination, pour faire des croisières ou vendre des services, il est compréhensible que nous devions générer des revenus. Mais cela signifie également que des infrastructures doivent être installées et améliorées pour justifier ces frais."


Le pont de Sandy Ground


Un exemple concret est la rénovation du pont de Sandy Ground. La Collectivité a demandé au port d'étudier la mise en place d'une structure tarifaire pour les navires utilisant le pont. Inévitablement, la Collectivité veut récupérer le coût de son énorme investissement dans le pont. "Une fois la rénovation du pont terminée, la gestion des opérations et la maintenance quotidienne sera transférée à l'autorité portuaire. Nous devrons également examiner comment générer des revenus pour couvrir l'entretien du pont et l'assurance de la structure", a déclaré M. Ellis.


Nettoyage du lagon


En ce qui concerne le nettoyage du lagon de Simpson Bay, une décision sera prise pour attribuer le contrat d'enlèvement des épaves de bateaux du côté français, première étape du nettoyage, si possible d'ici septembre. Une fois les épaves enlevées du côté français du lagon (la société Koole a presque terminé l'enlèvement des épaves de la partie hollandaise), cela ouvrira la voie à l'étude des aspects environnementaux et économiques du lagon, en vue de sa gestion conjointe.


Plus à l'horizon...


Selon M. Ellis, des fonds du programme européen INTERREG 2014-2020 ont été mis à disposition des deux côtés de l'île, mais n'ont malheureusement pas été tous utilisés. Les fonds vont maintenant être réinjectés dans le programme 2021-2027, ce qui permettra de réaliser des études environnementales et de mettre en place une structure de gestion commune. "Le lagon de Simpson Bay a un énorme potentiel, tant du côté français que du côté néerlandais, mais pour pouvoir profiter de ce potentiel, le lagon doit être nettoyé et mieux organisé", a déclaré Ellis. "Vous avez un certain nombre d'activités commerciales en cours qui devraient mieux profiter aux deux parties. Il y a des bateaux de croisière à la journée dans le lagon, des bateaux au mouillage et des bateaux charter qui traversent le lagon pour aller à l'aéroport et en revenir. Ils ne font pas cela gratuitement.

Source: The Daily Herald - Author: Robert Luckock - Original article attached.
Cette application Web utilise des cookies ! Plus d'informations.
OK !